Archives mensuelles : avril 2011

Melle: une chaîne spécialisée prometteuse

Melle, la nouvelle chaîne spécialisée de TVA sera en ondes  le 2 mai prochain et elle a été annoncée  en grandes pompes.  Avec 9 millions de dollars investis en programmation et six émissions originales, ça se fête.Pour une chaîne en français qui s’adresse aux femmes québécoises âgées entre 35 et 45 ans et intéressées par le mieux-être, la mode et la beauté,  le marché n’est pas énorme. Par contre, il est TRÈS bien ciblé. Et là, je lève mon chapeau à TVA pour ce pari audacieux.

D’abord, on parle aux femmes qui ont un certain pouvoir d’achat.  Et on leur parle de choses qui les intéresse avec une touche de créativité locale: style, beauté et mieux-être sont la pierre angulaire du concept. Sur les six émissions originales, on retrouve:

1- Un documentaire sur Barilà, une des designers québécoises chouchous du moment.

2- Par ici la sortie, une émission où Varda Étienne, Kim Rusk et Jacynthe René partagent leurs trouvailles selon leurs intérêts.

3- Le style est dans la rue, une émission où l’on donne deux heures à deux filles pour se concocter deux looks avec 500$.

4- Le trésor en moi axe sur  la confiance en soi. Dans l’extrait diffusé, l’objectif de la fille était de trouver le courage de solliciter un rendez-vous galant avec un garçon qui lui plaît.

5- Focus Hommes, pour tout savoir sur le schème de pensée masculin.

6- Melle court, une émission axée sur le dépassement de soi : 8 femmes vont relever le défi de courir 650 km en une course à relais.

Ce que je trouve le plus intéressant, c’est que TVA  a su saisir l’air du temps et l’effervescence qui y régnait. Les blogues sont très tendance actuellement, notamment en raison du traitement de l’information.  Vous n’êtes donc pas surpris de découvrir dans cette programmation du street style, sujet qui alimente les blogueuses de mode de rue, montreal in fashion ou Montreal in style. On parle de trouvailles mode, bouffe ou autre comme c’est le cas dans ElleMlamode, Une parisienne à Montréal ou Montreal state of mind pour ne citer que ceux-là. Quant au trésor est en moi, le coeur de l’émission n’est rien d’autre que l’estime de soi : la base de mon  Défi Fashionista.

Bref, tout ça pour vous dire que finalement, je suis vraiment curieuse de voir ce que ça va donner à l’écran. La chaîne sera débrouillée du 2 mai au 31 juillet alors allez jeter un coup d’oeil.


J’en ai marre : les mots qui démangent

Quand on m’interpelle en me disant quelque chose du genre « Comment va la maman? », ça me donne des démangeaisons. Voilà, c’est dit : j’en ai marre qu’on me remette sous le nez ma maternité. D’abord, je trouve ça ridicule de répondre à la troisième personne en parlant de moi. Avec une telle structure de phrase, je n’ai d’autre choix que de répondre du bout des lèvres « qu’elle va bien ».

Ensuite, je me sens obligée de parler de la petite, ne serait-ce que quelques mots de politesse. J’ai l’impression que la naissance de ma fille a fait une mise à jour automatique de mon profil pour écrire comme tout dernier statut « Maman » . La répétition des « like »devient irritante car elle m’empêche de passer à autre chose.  Certes, je suis  mère. Mais je le suis au même titre que femme, employée ou gourmet.

Bref, même si je conçois que l’être humain a un besoin irrépressible de catégoriser les choses et les gens, il y a quand même des limites. D’ailleurs, une des limites que j’aimerais modifier c’est celle qui existe entre l’image intouchable de la mère (c’est fou comme on se refait une virginité quand on devient mère!) et la fille d’avant la maternité (entendre par là aventureuse, cool, sexy, etc.). Mais ce sujet a déjà été traité en partie dans « Une mère en talons aiguilles » de Tina Karr. Si le coeur vous en dit, vous pouvez lire mon entrevue avec l’auteure ici.


Comme une poule pas de tête

Courir comme une poule pas de tête. Une de mes expressions favorites. Surtout depuis hier. Et oui! Après un an de congé de maternité, hier était ma première journée de travail. C’est un peu comme la première journée d’école : tu as l’air perdue, un peu effrayée et tu tentes de te donner une contenance pour affronter tous ces nouveaux défis. Ça, c’est le voeu pieux qu’on fait lundi à 9h du matin. Avant la fin de la semaine, vous allez vous aussi ressembler au dessin humoristique ci-dessus.

En fait, ce n’est pas tant de travailler qui est difficile car même si on est un peu rouillée, ça finit par se replacer mais la gestion des priorités n’est plus la même. En plus du travail, on ajoute les tâches du quotidien (les lunchs restent quand même un minimum!) et on essaye de caser un semblant de vie de famille. Pour moi, c’est entre 17h45 et 19h30 car après, bébé dort et Chéri suit pas longtemps après. On n’a même pas eu le temps de souffler qu’il est déjà l’heure de se coucher. Bien sûr, ça ne dure pas…enfin, je crois… n’est-ce pas?


Deux gestes beauté pour femme pressée

Depuis le début du Défi Fashionista, je suis en mode exploration des produits fournis par mon partenaire dans l’aventure, le groupe Marcelle. Après trois mois d’utilisation intensive, je peux vous dire que certains produits coup de coeur font désormais partie de ma routine beauté express. Jeune maman oblige, j’ai environ 45 secondes de pause où ma fille oublie de venir courir dans mes jupes. Vous comprendrez qu’avant de vous parler de maquillage, je vais plutôt me concentrer sur la base: prendre soin de sa peau!

ÉTAPE 1 : NETTOYER

J’ai commencé par m’assurer d’avoir une peau propre. Oui, je me lave le visage mais là, je vous parle d’une peau bien démaquillée. J’ai choisi l’Eau Micellaire démaquillante (15$ environ). Génial parce que sans odeur (j’ai le nez sensible, que voulez-vous!) et surtout sans huile. Évidemment, si vous êtes comme moi et que vous avez tendance à oublier que vous avez oublié de racheter du coton, il y a un plan B que j’adore et qui ne quitte plus mon sac (des fois, je me maquille dans le transport en commun mais je peux faire aussi faire l’inverse à 1h du matin!), ce sont les lingettes démaquillantes. J’aime le format, elles sont pratiques et sont juste suffisamment humides pour démaquiller.

ÉTAPE 2 : HYDRATER

Revival Crème Sérum Fermeté Éclat (35$ environ). Bon, je sais, le produit est conçu à l’origine pour les quinquagénaires…Et alors? J’adore la texture soyeuse et fluide, le fait que c’est hypoallergénique et sans senteur. Je m’en sers comme crème de jour et comme base avant de me maquiller. Un produit  trois en un pour un prix des plus raisonnables. La troisième fonction? Et bien, me permettre de rester jeune et belle!

En parlant d’hydrater, le deuxième produit (avec les lingettes) qui ne quitte plus mon sac à main, c’est le baume à lèvres Climatik. La crème allait sur la peau de ma fille cet hiver alors que le baume me suit partout. C’est un peu nul d’avoir la lèvre qui craque (et saigne) pile poil quand vous offrez votre plus beau sourire à la bombe atomique que vous venez de croiser dans la rue.


Josiane : ma fashionista d’Avril

Josiane m’a donnée  rendez-vous devant les portes du Simmons pour son look du Défi Fashionista. Ce premier arrêt avait pour but de dénicher ce que j’appellerais « la touche ton petit look ». Vous l’avez deviné, il va y avoir de la rayure! Nous avons babillé et essayé quelques vêtements pour le plaisir puis direction H&M. Il faut dire que Josianne connaît se magasin par coeur. Après m’avoir demandée ma taille, les vêtements n’ont pas tardé à s’empiler entre mes bras. C’était clair, j’allais avoir une jupe. Quant à elle, pas besoin d’essayer les morceaux qu’elle a choisi pour elle, elle connaît aussi bien les tailles que les coupes offertes par la chaîne.

À passer du temps ensemble, vous vous doutez bien que j’ai appris quelque petites choses sur Josiane de Ton petit Look :

1- Josiane aurait tué pour avoir comme patronyme Lechat. Non pas qu’elle renie ses origines grecques mais disons qu’avec un joli minois comme le sien, j’admets qu’elle l’aurait très bien porté.

2- Elle jure avoir un petit ventre mais être tout simplement douée pour le cacher. Quand elle a voulu me montrer la chose, je me suis contentée de sourire: à peine une petite bosse du genre  » j’ai trop mangé « . Y en a qui ont la vie dure !

3- Elle complète une maîtrise en communications et son sujet de mémoire ne traite de rien d’autre que des blogs! J’ai hâte de lire le résultat de sa recherche.

4- Quand on lit les billets de Josiane, son petit ton sarcastique laisse présager une fille qui n’a pas la langue dans sa poche. J’étais loin d’imaginer autant de douceur dans la vraie vie. Et oui, cette fille est plutôt du genre généreuse, posée et adorable que l’excentrique que j’imaginais.

Pour découvrir le look concocté par Josiane, cliquez ici

Ce mois-ci, le prix est commandité par Rachel F.


Casablanca : Les bons plans de Hasna

Il y a quelques temps, j’ai écrit pour Divine un article intitulé « une virée à Casablanca » où je suggérais cinq arrêts. Parmi eux, l’Épicerie fine F.Kabaj. J’ai demandé récemment à une Casablancaise du nom de Hasna, de m’indiquer où il fallait manger à Casablanca. Devinez  quelle a été sa première suggestion? Voici donc ses recommandations pour manger et sortir à Casablanca.

Brunch chic : F. Kabbaj

Caractéristiques : une épicerie fine qui offre également un espace de restauration. Une belle façon de découvrir le foie-gras  F. Kabbaj mais aussi des produits dérivés du canard. Le rapport qualité/prix est excellent et l’ambiance conviviale.
Budget : $$
Adresse : rue des Arènes, Racine, Casablanca

 

Midi Express: Le bar du CIL

Caractéristiques : un bistrot rustique et sympathique qui attire une clientèle hétéroclite. Le menu se compose de grillades et sandwichs qu’on peut accompagner, pour quelques sous de plus, d’une bonne bière. Parfait pour manger sur le pouce sans pour autant sacrifier la qualité.
Budget : $
Adresse : Marché du CIL, Casablanca

 

Restaurant d’ambiance : Le Pilotis

Caractéristiques : Un endroit très agréable où l’on peut manger du poisson frais. Avec sa vue sur la mer et son décor épuré, le déjeuner peut aisément se prolonger avec un bon pichet de sangria blanche.
Budget : $$
Adresse : Boulevard de la Corniche, Casablanca

 

5@7 branché : Hyatt Regency

Caractéristiques : Le bar du Hyatt Regency est  un très bel endroit pour débuter la soirée. Chic et cosy, on aime y boire un verre et discuter. Bon point pour les cocktails et le volume de la musique qui monte crescendo au rythme de la soirée qui avance.
Budget : $$$
Adresse : Place des Nations, Casablanca

 

Lounge stylé : Le Sky 28

Caractéristiques : Une vue imprenable de Casablanca by night. Un lieu agréable pour une soirée entre amis où l’objectif est de discuter tranquillement autour d’un verre.
Budget : $$$
Adresse : Hotel Kenzi Tower, Boulevard Massira,  Casablanca

 

Nuit endiablée : Le Sky Bar

Caractéristiques : Un des endroits branchés  qu’affectionne la jeunesse dorée de Casablanca. Un incontournable du Nightlife de la cité pour ceux qui souhaitent danser jusqu’aux petites heures du matin.
Budget : $$$
Adresse : Bar de l’Hotel Dawliz, Corniche, Casablanca

Sujet mis à l’épreuve: le sac Kathy Van Zeeland

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il y a deux semaines, j’ai reçu en cadeau un sac Kathy Van Zeeland.  Hors de question de vous en  parler tant qu’il n’avait pas passé le test. Bon, j’ai un peu vendu le punch puisque là, je vous en parle. Mais tout de même! Je crois que vous devez savoir par quoi il est passé: un véritable parcours du combattant.

ÉTAPE no 1 : Évaluation de la condition physique du sac

  • Matériau: polyuréthane
  • Compartiments:  deux poches latérales, une pochette avec fermeture éclair, un compartiment central avec fermeture éclair, une poche à cellulaire et une pochette supplémentaire pour mettre des cartes;
  • Fermeture du sac: bouton aimenté;
  • Ganses: deux mais non ajustables

Le petit + : le sac est vraiment beau  avec plein de pochettes de rangement bien pratiques.

Le petit – : le petit bouton pression pour fermer le sac.

ÉTAPE no 2 : Le test du port régulier

Pendant deux semaines, j’en ai fait mon unique sac et tant pis si ma tenue n’était pas coordonnée. Il a donc passé près de 140 heures avec moi (et bien d’autres à vrai dire) à me suivre dans différents lieux. Vu que je l’ai pratiqué un certain, voici mes commentaires:

Le petit +: je n’ai pas eu à le nettoyer une seule fois. Je ne sais pas si c’est le polyuréthane qui le rend si facile d’entretien mais c’est définitivement un avantage.

Le petit – : les ganses glissent sur l’épaule.

Étape no 3 : La batterie de test

TEST 1 : ma  fille de onze mois. Avec ses petits doigts elle a patiemment tenté d’arracher chaque zircon. Par la suite, elle a croqué avec ses quelques dents bien coupantes (mes doigts vous le diront!) les ganses qui n’ont pas bougé. Et bien sûr, elle l’a traîné avec elle dans toute la maison comme une serpillère. Résultat? Test réussi.

TEST 2: le test du poids. Son boulot, c’est de transporter tout mon bardas sans céder sous le poids. J’aurais dû peser mon sac dans mes bons jours mais je suis sûre qu’il aurait été aussi léger qu’un bébé bien dodu. Sur la photo, vous avez eu la version light parce qu’en temps normal, je rêverais de n’avoir que ça à transporter (un peu de pudeur tout de même).

TEST 3 : le test kamikaze. Comme toutes les filles, je ne sors pas sans sac à main. Par conséquent, il visite le métro, les bancs d’autobus, le bureau, les cafés et parfois même (en cas d’urgence) les toilettes publiques! Jusque là, rien à dire…

TEST 4 : les intempéries. À Montréal, on n’a pas le choix d’avoir un sac quatre saisons. Et parfois, dans la même journée, on peut toutes les vivre! Beau temps? Check! Pluie? Check! Neige? Check! Bien sûr, je ne l’ai pas laissé par terre mais disons que tout mes papiers étaient secs alors je suppose qu’il est imperméable 🙂

TEST 5 : mes chats.  Le dernier test consistait à m’assurer qu’il s’entendrait avec mes deux chats. Je suis étonnée qu’il ait eu si peu de succès auprès des chats: deux semaines à traîner dans le salon et là, pour la photo, j’ai dû tricher en l’installant dessus une demi-heure à force de câlins pour voir si j’aurais du poil partout! Et bien même pas! Que se passe-t-il? J’ai raté la mue?

CONCLUSION

Le petit + : non seulement il a survécu à tous mes mauvais traitements mais en plus, il s’en sort sans une égratignure.

Le petit – : j’aimerais tous me les offrir!

Kathy Van Zeeland
http://www.kathyvanzeeland.com
En  vente chez La Baie et Winners
Prix au détail : 120$ environs selon le modèle sélectionné