Archives mensuelles : janvier 2012

TESTÉ : Amincisseurs Solutions de Secret

Avec le temps, la maternité, les excès épisodiques (comme ceux du temps des fêtes), notre silhouette se modifie et il se peut qu’il nous faille un petit coup de main pour gommer quelques imperfections. La solution pourrait être les amincisseurs Solutions de Secret.

Tout d’abord, entendons-nous sur une chose : un amincisseur, c’est une gaine dont la fonction est d’offrir du maintien aux chairs. Elle ne peut pas faire de miracle donc ne vous attendez pas à ce qu’elle sculpte votre silhouette au point de ressembler à la fille sur l’emballage ! Par contre, si votre objectif est d’atténuer un ventre un peu rebondi ou de la peau d’orange sur les fesses et les cuisses, la gaine a un intérêt pour vous. On sait que certaines matières et coupes ont le don de dévoiler le moindre de nos petits défauts. Parfois, la gaine suffit à camoufler nos petits défauts donc aucune raison de se priver de son coup de coeur vestimentaire.

J’ai reçu gracieusement la gaine mi-cuisse à taille basse (26$) et la gaine camisole (26$) de Secret. Je les ai donc testé pour vous et voici mon opinion. J’ai aimé le fait que ces deux modèles soient sans coutures. Ça évite les marques et les bourrelets inélégants. Aussi, le matériau est confortable. Je n’ai pas transpiré dedans mais le test serait à renouveler en été pour une opinion plus juste. J’ai également apprécié le fait que le tissu était plus mince au niveau de la poitrine et des fesses afin de ne pas écraser mes courbes naturelles. J’ai vérifié les produits sous une robe sans manches qui s’arrête au dessus du genou et le résultat était probant pour la gaine mi-cuisse. Seul bémol : on ne peut la porter qu’avec des vêtements qui vont au moins jusqu’au genou. Avec mes 5’9 (175 cm),  je me demande ce que ça donne sur une fille de petite taille…Du côté de la camisole, le résultat était moins excitant. La camisole, trop longue, a tendance à remonter en s’enroulant sur elle-même. De plus, le modèle avait malgré tout tendance à écraser ma poitrine.

Si les deux produits vous intéresse, peut-être devriez-vous davantage investir dans la version combinaison qui me semble être un bon compromis et une solution encore plus économique. Aussi, j’ai une petite recommandation d’achat si le produit vous intéresse : vous portez d’une médium ? Achetez du large, ça taille vraiment petit!


Poulet en crapaudine? Une recette de poulet rôti exquis!

Poulet crapaudine aux agrumes

Qu’est-ce qu’un poulet en crapaudine? Et bien il s’agit d’un poulet dont on a coupé le dos et qui se retrouve à cuire à plat! Ça change du traditionnel poulet dans un rôtissoire.

Un des plats pour emporter que mon amoureux et moi préférons : du poulet rôti portugais. Il s’agit de poulet grillé à plat, recouvert d’un peu d’huile d’olive, de sel, et probablement d’une touche de paprika. C’est merveilleux quand on est paresseux, ou qu’on a pas le temps. Mais quand on prévoit un petit peu, (oui, planifier comme dans mes objectifs culinaires 2012!), on peut préparer à la maison un poulet tout aussi délicieux avec assez peu d’efforts.

Cette recette est à la base inspirée d’une recette de Ricardo, mais avec le temps, elle a évolué et est devenue quelque chose d’autre. J’ai aussi eu l’idée de faire cuire le poulet sur un lit d’agrumes. Ça ajoute un peu de saveur et d’humidité au poulet, surtout lorsqu’il est cuit au barbecue.

Après avoir fait cette recette une première fois, je l’ai refaite au moins 5 fois dans les deux semaines suivantes! Tout le monde y a goûté!

Recette de poulet rôti aux agrumes, en crapaudine

Inspirée et adaptée de Ricardo http://www.ricardocuisine.com/recettes/3951-poulet-roti-a-la-marmelade

Facilité d’exécution: Simple, mais requiert un tout petit peu de pratique

portions : au moins 4!

Ce poulet peut être fait au four, dans une plaque recouverte de papier parchemin, ou encore sur le barbecue. Servir avec du riz ou des pâtes et des légumes grillés.

Ingrédients

un poulet! (environ 2kg, après, ils sont vraiment trop gros!)
une orange
un citron
une lime
un petit oignon rouge
4 gousses d’ail
½ tasse de gelée de raisins/pommes
¼ tasse beurre ramolli
2 cuillers à soupe de moutarde de Dijon
une pincée d’herbes séchées ou fraîches selon l’humeur du moment
sel de mer fin
poivre du moulin

Étapes

1. Préchauffer le four à 190C (375F).

2. Couper le poulet en crapaudine (Ricardo l’explique merveilleusement dans ce vidéo) et détacher la peau du poulet délicatement.

3. Éponger le poulet à l’aide d’essuie-tout puis saler et poivrer l’intérieur du poulet.

4. Mélanger à la fourchette la gelée de raisins ou de pommes, le beurre, la moutarde et les herbes (souvent thym, parfois origan), ajouter une pincée de sel et de poivre. À l’aide d’une petite cuiller, déposer ce mélange entre la peau et la chair du poulet. Avec les doigts, faire glisser le mélange un peu partout sous la peau. Cela n’a pas besoin d’être parfait par contre!

5. Laver et trancher les agrumes et l’oignon en rondelles. Couper les gousses d’ail en deux. Disposer le tout sur une plaque à biscuits avec un rebord, tapissée de papier parchemin. Déposer le poulet sur le tout.

6. Cuire le poulet environ 1h ou 1h15. Tester la cuisson en faisant une entaille dans le poulet lorsque les cuisses semblent se détacher aisément. Ou tester avec un thermomètre à viande (on doit lire 82C ou 180F dans la cuisse sans toucher l’os).

7. Sortir du four et servir! mmmmm….. Garder les os et le jus pour un bouillon!


Allaitement : de la théorie à la pratique

L’allaitement est un sujet qui ne laisse personne indifférent. J’avais abordé le sujet sur Divine sous le titre Allaitement : et si c’était impossible ? J’aimerais proposer maintenant aux nouvelles mamans une réflexion sur l’allaitement. Personne n’est contre la vertu : il va de soi que le lait maternel est le meilleur aliment pour son enfant. En théorie, c’est simple et naturel mais dans la pratique, on se rend compte que ce n’est pas forcément le cas pour tout le monde. Voici donc quelques éléments à considérer quand on souhaite allaiter.

1-     Les premiers jours

Dans les premiers temps, l’allaitement, c’est douloureux. Même avec une bonne prise au sein, on a mal. Normal, bébé passe des heures à téter une partie de notre corps qui n’a pas l’habitude d’être autant sollicité! Résultat : on peut avoir des mamelons crevassés au point de saigner.

Solution du milieu de la santé : crème à la lanoline ou à la cortisone.

Mon opinion : personnellement, je n’opte pour aucune des deux. Il n’y a que la patience mais dans certains cas, il vaut mieux faire son deuil de l’allaitement.

2-     La montée de lait

Habituellement, elle arrive après quelques jours. Les seins sont durs et gonflés. Là aussi, ça peut être douloureux. La solution est simple : allaiter bébé. Par contre, il peut arriver que votre production de lait laisse à désirer.

Solution du milieu de la santé : Motillium (sous prescription) pour augmenter la lactation

Mon opinion : je ne suis pas pro médication. Il y a la possibilité de choisir l’allaitement mixte ou d’essayer l’homéopathie (chardon marie).

3-     La gestion du sommeil

Quand on allaite, il va de soi que nous sommes les seules à nous lever nuit et jour pour nourrir bébé. Quand c’est le premier, on vit au rythme de bébé les premiers mois (comprendre on dort entre deux tétées!) Par contre, si vous en avez un deuxième, en bas âge de surcroît, il faut songer à un mode d’organisation qui vous permette de passer du temps avec l’aîné. C’est quand même exigeant quand on manque déjà de sommeil.

Solution médicale : augmenter la lactation et tirer son lait.

Mon opinion : négocier avec Chéri de son implication AVANT de tomber enceinte!

4-     La pudeur

Quand bébé a faim, c’est tout de suite qu’il veut manger. Il faut donc y penser quand on se déplace en voiture et quand on est dans les lieux publics. Si cela vous met mal à l’aise d’allaiter dans un centre commercial ou sur un banc public, il faut songer à des alternatives.

Solution médicale : aucune.

Mon opinion : agrémentez vos tenues d’un foulard qui saura cacher ce qu’on ne saurait voir et souriez, on vous regarde! Bien sûr, il existe aussi dans les magasins spécialisés des tabliers et autres accessoires pour un allaitement en toute intimité.


Résolutions et objectifs culinaires 2012

pile de magazines de cuisine

J’ai lu un jour que la recette du bonheur réside dans la poursuite et l’atteinte d’objectifs réalistes. Pour atteindre ces objectifs, il faut par contre s’en fixer. Logique, non? J’ai donc pris le mois de janvier pour réfléchir à ce que je voulais accomplir côté bouffe cette année. Je partage avec vous ces objectifs (les nommer bonnes intentions semblent prédestiner le truc à l’échec). Et vous, quels sont vos objectifs pour 2012?

Être mieux organisée

Garde-manger

Dans la cuisine, j’y vais un peu (ok, beaucoup!) selon mes envies du moment. La préparation à l’avance occupe déjà une certaine place dans ma vie (wontons, mantis, sauce à spag), mais je finis quand même par jeter des aliments ou oublier de faire des recettes que j’avais pourtant identifiées comme « il-faut-absolument-que-j’essaie-ça-tout-de-suite »!

Voici comment je compte m’améliorer à ce chapitre :

  • Ne plus faire de pile de recettes, revues ou livres à divers endroits, mais garder une liste des recettes à essayer prochainement bien en vue dans la cuisine.
  • Faire l’inventaire du congélateur et du garde-manger. Je pense même à garder une liste sur le congélateur de ce qui s’y trouve. Ça fait « trop-organisée », mais je n’arrive pas à me souvenir de ce qu’il contient alors je rachète et je ne mange pas ce qu’il y a dedans, et c’est mal.
  • Utiliser les choses du garde manger et du congélateur en faisant des repas « vide-congel » ou « vide-garde-manger » une fois de temps en temps.

Élargir mes connaissances

Pile de livres de cuisine

Il y a tellement de choses à découvrir autour de la bouffe! Que ce soient de nouvelles boissons, de nouveaux ingrédients ou de nouveaux chefs, on pourrait passer une vie à en apprendre (et même probablement plusieurs).

Chaque mois, je vise à élargir mes horizons en essayant au moins :

  • un nouveau fruit ou légume,
  • une nouvelle bière,
  • un nouveau restaurant,
  • une nouvelle farine sans gluten (parce que pourquoi se limiter à la seule farine de blé!).

Vous en profiterez aussi puisque je vous ferai part de ces nouvelles découvertes lorsqu’elles valent la peine (ou encore si c’est franchement mauvais!).

Mettre en pratique

Évidemment, toutes ces objectifs ne resteront que bonnes intentions si je n’y consacre pas le temps nécessaire. Alors voilà, je vais de ce pas m’acheter un petit cahier qui me permettra de faire le suivi de tout ça (j’adore les cahiers tout neufs dédiés à des projets!).

Matériel

Et comment ne pas terminer une liste d’objectifs sans avoir une petite liste de souhaits bassement matérialiste? Parce malgré tous les outils présents dans ma cuisine, il en manque toujours quelques uns!

  • Moulin à café pas cher pour moudre les épices torréfiées – Parce que le mortier ne fonctionne pas toujours très bien avec certaines épices (à moins que je ne soit simplement pas très habile avec).
  • Plusieurs spatules en caoutchouc – D’abord, la mienne est en train de mourir et parce qu’une seule ne suffit pas!
  • Un ensemble d’accessoires pour mon batteur KitchenAid.
  • Se débarrasser des outils superflus!

Suggestions

Et vous, avez-vous des suggestions? Des nouvelles découvertes dont je pourrais m’inspirer? Des outils indispensables? Des bonnes résolutions culinaires de votre cru?

Laissez-moi un commentaire pour m’inspirer ou m’encourager!


TESTÉ : la BB crème de Marcelle

J’ai reçu récemment la dernière nouveauté de Marcelle : la BB crème, une crème hypo-allergène trois en un qui se veut à la fois un hydratant, un correcteur teinté et une base de maquillage. Comme j’apprécie particulièrement certains de leurs produits, j’ai décidé de la tester pour vous. La BB crème est en fait un baume beauté qui nous fait bien des promesses : offrir une hydratation longue durée à notre peau, procurer une base de maquillage et uniformiser le teint en réduisant l’apparence des imperfections et en matifiant la peau (contrôle de la brillance). Le produit, disponible en ligne sur le site de Marcelle, se détaille à 23 $ et se présente dans un joli tube blanc muni d’une pompe.

Tout d’abord, j’aimerais dire bravo à l’équipe marketing car j’adore l’emballage et aussi la pompe que je trouve hygiénique et pratique.  Parlons maintenant du contenu, le contenant ayant déjà fait bonne impression. J’ai reçu la teinte parfaite pour ma carnation. Si je devais l’utiliser comme base de maquillage, je dirais qu’elle tient ses promesses. Personnellement, je ne suis pas amatrice de fond de teint. Cette crème convient donc à ce niveau à mon style. Par contre, en ce qui concerne l’hydratation, je ne suis pas prête à parier là dessus. Cela peut sembler paradoxal mais si j’aime le fait que la crème soit non grasse, j’apprécie tout de même les textures plus crémeuses. Malheureusement, à l’application, ce produit a une texture qui s’apparente à celle du fond de teint. Exit la légèreté promise de l’hydratant ! Comme la BB crème est supposée convenir à tous les types de peaux, je conseillerais aux peaux sèches de l’hydrater au préalable.


Soupe aux pois – Méthode pour réussir sans tracas (sans gluten)

Soupe aux pois

Jusqu’à l’an dernier, je n’avais encore jamais fais de soupe aux pois. Alors j’ai demandé à une collègue qui cuisine si elle avait une bonne recette de soupe aux pois. Elle m’a alors donné un grand secret…. il n’y a pas vraiment de recette! Il y a une méthode, et oui, c’est long, mais c’est pas bien difficile et surtout, à la portée de toute personne qui a le temps de laisser un chaudron avec une soupe qui revient tranquillement toute seule pendant quelques heures.

Ingrédients

Il est important de penser à faire « désaler » votre lard au moins un petit quart d’heure avant de l’utiliser, soit à peu près le temps de préparer les légumes et de tout sortir. Sinon, la soupe sera très, très salée (et croyez-moi, je l’ai fait quelques fois!).

Côté poivre, bien que j’en aime le goût j’ai horreur de croquer un grain de poivre. Pour cette raison, je poivre donc la soupe au service seulement (en plus, les grains de poivre se camouflent dans les peaux des pois et deviennent très difficiles à trouver!). Vous pourriez aussi faire un petit baluchon d’épices si le cœur vous en dit, y mettre le poivre et les feuilles de laurier et retirer le tout en fin de cuisson.

Pour les légumes, j’ai essayé les cubes, les rondelles coupées à la diagonale. Tout est bon. Jje varie maintenant les plaisirs d’une fois à l’autre. Et puis si vous aimez le céleri, ajoutez-en. Moi, je déteste croquer dans le céleri. J’en mets parfois une branche pour le goût du bouillon, puis je la retire à la fin.

Eau ou bouillon?

Je fais cette soupe sans problème avec de l’eau. Les carottes, le lard, les oignons et les épices aromatisent comme il faut la soupe. Toutefois, j’en ai refait après Noël avec du bouillon de cuisson d’un jambon…. divin! Si vous faites bouillir un jambon ou du porc, réservez absolument le bouillon pour faire une soupe aux pois!

Cuisson

Pour la cuisson, et bien là, les avis divergent. J’aime bien lorsqu’il reste quelques pois qui se tiennent, mais mon amoureux et les collègues trouvent que dans la soupe aux pois, les pois, ils doivent être bien mous. Et je dois dire que lorsque les pois sont très cuits et que certains se désagrègent, la soupe a un je-ne-sais quoi de meilleur, même s’il ne reste plus beaucoup de pois un peu fermes. Alors cuisez longuement!

À l’avance

Et finalement, faites-en une bonne quantité et puis congelez tout de suite une partie de la recette. Vous serez contents d’en découvrir dans le congélateur, et puis, je ne conseille pas plus de deux repas consécutifs de soupe aux pois…. si vous voyez ce que je veux dire!

Recette de soupe aux pois sans tracas

Facilité d’exécution : simple, mais long

portions : beaucoup, euh… au moins 4-5 repas pour deux

Il est important de laisser à la soupe le temps de cuire. Lorsque la plupart des peaux des pois remontent à la surface, c’est un bon indice que l’on approche de la perfection!

Ingrédients

Un petit lard salé
2/3 d’un paquet de pois jaunes secs (paquet de 900g)
2 grosses carottes
1 oignon moyen jaune ou rouge, ou deux échalotes françaises
2-3 feuilles de laurier
1-2 branches de thym frais
Du bouillon ou de l’eau pour couvrir tout ça!
Branche de céleri pour assaisonner ou céleri en cubes pour laisser dans la soupe
     

Étapes

1. « Désaler » le lard en le faisant tremper au moins 15 minutes dans de l’eau froide.

2. Pendant ce temps, couper l’oignon en dés et les carottes en cubes ou en rondelles (et le céleri si vous utilisez).

3. Faire chauffer un peu d’huile à feu moyen dans une casserole d’environ 5 L. Déposer les oignons et les cuire jusqu’à ce qu’ils soient translucides. Ajouter les carottes et le céleri. Pendant ce temps, couper le lard, après l’avoir égoutté, en cubes ou en petites tranches. Ajouter le lard aux légumes. Faire cuire un peu.

4. Rincer les pois et enlever les pois qui seraient noirs ou de couleur douteuse (il y en a toujours deux ou trois!). Ajouter les pois à la casserole avec le bouillon et l’eau. Le liquide doit couvrir les pois d’environ deux pouces. Ajouter les feuilles de laurier, le thym et le poivre si vous désirez.

5. Amener à ébullition. Laisser ensuite mijoter au minimum deux heures. Quand les enveloppes des pois commencent à poindre à la surface, goûter. Cuire jusqu’à la consistance désirée.

6. Retirer les feuilles de laurier et les branches de thym, servir bien chaud! C’est même meilleur le lendemain.


Des jouets pour faire plaisir… à maman ou bébé ?

Celles qui ont lu mon article intitulé Choisir des jouets adaptés à l’âge de bébé me trouveront probablement schizophrène mais il n’en n’est rien ! En fait, je veux surtout souligner le fait que nous choisissons les jouets de nos enfants en fonction de nos goûts. Ce n’est pas un mal en soi mais les jouets coups de cœur de ma fille auraient tout aussi bien pu être remplacés par des objets de la vie courante.

Voici donc quelques alternatives « maison » :

  1. Le hochet peut être remplacé par un contenant en plastique transparent à moitié rempli de céréales Froot Loops : vous aurez de la couleur, du bruit. À vous de choisir le contenant qui sera le plus facile à manipuler pour votre enfant. Ne pas oublier de s’assurer que bébé ne pourra pas l’ouvrir.
  1. Les cubes empilables auront certainement la même côte de popularité que notre armoire de Tupperware : ils s’empilent tout aussi bien et ont l’avantage d’exister dans plusieurs formats et dans des formes différentes.
  1. Le livre musical de comptines ainsi que le chiot trouvent un substitut de qualité en papa ou maman! Et oui, on peut chanter, bouger et danser tout en enseignant de nouvelles choses par le jeu à nos tout-petits. Bien sûr, après une journée de travail, les piles de papa et maman sont un peu faibles…
  1. Le premier trotteur acheté à ma fille ne l’ayant pas satisfait (elle butait régulièrement sur les roues), elle a choisi de s’entraîner avec la poubelle qui avait justement la taille parfaite pour être poussée sur le carrelage de la cuisine!
  1. Les jouets qui font du bruit peuvent être remplacés par une casserole et deux cuillères en bois. Basique mais très efficace… sauf pour votre mal de tête.
  1. Les téléphones et ordinateurs jouets ne font pas partie des meilleurs jouets selon moi car ils ne nécessitent que peu de manipulation de l’enfant, ce qui l’amène à vite s’en lasser. Ma fille s’intéresse davantage aux téléphones de ses parents et à l’ordinateur familial car elle semble avoir compris qu’ils faisaient bien plus de choses que ses jouets.

N’hésitez pas à partager vos trucs !