Archives de Tag: chaussures

Lady’s Secret : une marque qui se soucie du confort de nos pieds!

Photo of elegant modern female's black shoesAvant d’apprendre à choisir adéquatement mes chaussures grâce à l’experte en talons hauts, Tina Karr, j’ai acheté bon nombre de chaussures importables. Je me suis inventée toutes sortes d’excuses pour céder à mes coups de coeur. Résultat ? Après une journée de port, mon coup de coeur se transforme en cauchemar et va vite rejoindre mon garde-robe pour y trôner comme un trophée que je dépoussière de temps à autre. Désespérée depuis des années par la peau délicate de mes pieds (rien ne trouve grâce à leurs yeux!), j’ai fini par troquer mes talons pour des ballerines et autres chaussures plates (bon, les enfants y sont aussi pour quelque chose). Jusqu’à aujourd’hui. J’ai eu le plaisir de recevoir un courriel m’annonçant l’arrivée au Québec de la marque Lady’s Secret et on m’a donnée l’occasion de tester gracieusement quelques échantillons. Des accessoires à découvrir!


Faut-il souffrir pour être belle? Nos cibles de torture d’hier et d’aujourd’hui

Andreas Sjödin pour H&M

Credit Photo – Andreas Sjödin pour H&M

La femme a de tout temps souhaiter être désirable aux yeux des hommes. Si tel n’était pas le cas, nous ne nous serions jamais imposées autant de souffrances au nom de la beauté. L’adage « il faut souffrir pour être belle » a ses raisons d’exister. Dans toutes les cultures, il y a toujours une partie du corps qui est plus sublimée que les autres, qui fait l’objet de fantasmes. Dans la Chine impériale, c’était les pieds, au Moyen-Orient, la chevelure, en Occident (XIXe siècle) la taille et ainsi de suite. 5 cibles illustrées d’exemples d’hier et d’aujourd’hui


Les chaussures NAOT : Le confort a un nom !

Crédits : NAOT

Connaissez-vous NAOT ? Cette marque de chaussures fondée en 1942 en Israël (oui, oui, vous avez bien lu!) est disponible au Canada depuis 1989. Tout est fait sur place en Israël : du design à la production. C’est assez rare de nos jours et tout à l’honneur de la marque qui fait travailler sa main-d’œuvre localement. Ceci étant dit, il n’y a qu’une chose qui ne soit pas 100% locale : les designers trouvent l’inspiration dans les dernières tendances aux quatre coins du globe. Pour en savoir plus


Vince Camuto nous inspire des looks

Il semblerait que le Défi Fashionista aie trouvé un écho auprès de la marque Vince Camuto. En effet, le designer de chaussures arrive au Canada avec une collection de prêt-à porter complète  cet automne et les blogueuses canadiennes ont reçu une proposition assez ludique : créer un style sur la base d’une paire de chaussures surprise! J’ai donc reçu une paire de bottes, qui, ma fois, est tout à fait de mon goût : noires, mi mollet, style cavalière.  Résultat ? Voir le résultat en images


Des produits fantaisie à découvrir

Parce qu’il est agréable de mettre un peu de fantaisie dans nos habitudes, voici quelques produits originaux que nous voulions vous faire découvrir. Quels sont-ils?


Le jeu de la séduction

Je me sens coupable car je me rends compte que je suis très facile à séduire. Je travaille fort à régler cet handicap mais je crois que nous avons tous nos faiblesses.

Je suis allée chez Browns dans l’intention de m’acheter de vraies bottes d’hiver. J’avais déjà sacrifié l’idée d’être glamour, tout ce que je voulais, c’était une paire bien chaudes et imperméables. J’étais en train de m’enligner sur une paire de bottes Sorel quand tout à coup, mon oeil fut attiré ailleurs. Je détourne légèrement la tête et je l’entre-aperçois. Ce seul regard m’a suffit: j’étais déjà séduite bien que loin d’être prête à l’admettre malgré  mon coeur qui battait déjà un peu plus fort. J’essaye la botte droite et hop, je dis à la vendeuse de m’emballer le tout. J’étais fébrile. Déjà oublié les Sorel que j’allais payer. Mon nouvel objectif: M’approcher de l’objet de mes désirs: une magnifique paire de Dolce Gabbana pailletée noire. Sans aucun préliminaire,  je la prends par le talon pour voir le prix qui se cache sous ses belle paillettes.  Notre premier rendez-vous n’est pas tel que je l’espérais. Néanmoins, j’étais déjà prête à la revoir. La nuit porte conseil dit-on.

Le lendemain à la première heure, me revoilà rôdant devant  Browns. J’y vais ou je n’y vais pas? Trop tard, elle m’avait déjà prise dans ses filets. Je me dirige donc sans détour vers la fameuse paire de Dolce Gabanna et je l’enfile sans hésiter. Waow, quelle sensation! Entre ça et embrasser tous les mecs qui me plaisent dans le calendrier des pompiers…disons que j’y réfléchirais.Me voilà certaine de les acheter derechef et tant qu’à faire, pourquoi ne pas regarder s’il n’y a pas autre chose? Manque de bol, je craque pour une paire de derby vernies.  Bon, la facture est un peu salée mais qu’à cela ne tienne. Je suis comblée même si je sais bien que je ne les porterais certainement pas tout de suite vu la température.

Pour être honnête, la température ne fait aucune différence car je n’achète pas toujours mes chaussures pour des raisons utilitaires voire même dans l’idée de les porter. J’aime les chaussures comme on aime la sculpture ou ou le cinéma. Heureusement, je sais que je ne suis pas seule. Avoir une trentaine de paires dans son garde-robe est, finalement, anodin pour beaucoup de femmes alors je me console en me disant qu’il y a plein de filles faciles sur la planète!